Cameroun – Plaidoyer : le nombre de régions peut passer de 10 à 20 – Cameroon Magazine

<b>Cameroun</b> – Plaidoyer : le nombre de régions peut passer de 10 à 20 – <b>Cameroon</b> Magazine

15 Aug 2022 | Decentralization | 0 comments

Solutions bleues

Le Cameroun travaille depuis plusieurs mois pour accélérer la mise en œuvre de la décentralisation. C’est un modèle de développement qui s’appuie sur les collectivités locales en mettant l’humain au centre du processus. Jusqu’à présent, il n’est guère satisfaisant. Les bénéficiaires disent ne pas ressentir de changement notable en dehors des discours.

C’est aussi un commentaire du Président du Bureau Exécutif de la Plateforme Nationale des Organisations Sociales Camerounaises (Planoscam), Dr. Samuel Biroki. Pour lui : « Pour que le développement local devienne un véritable moteur de croissance pour notre pays, l’Etat devra procéder à une profonde et courageuse réorganisation de son territoire ». Après tout, de nombreuses municipalités sont trop grandes par rapport aux capacités d’organisation, d’administration, de logistique et de coordination de leurs administrateurs. Les communes de grande taille ou surpeuplées ne permettent pas la mise en œuvre des missions et activités économiques, sociales et culturelles qui leur sont assignées par le Code général des collectivités territoriales décentralisées.

1830 ou 2000 communes avant 2025

Face à cette évolution, l’approche adoptée jusqu’à présent est remise en cause. Il est plus urgent que jamais de revoir objectivement le découpage territorial. Si le Cameroun, selon les experts, a copié le modèle français de décentralisation, il n’a pas pris en compte certaines réalités locales puisque le nombre de communes en France est passé à plus de 36 000. « Il serait hautement souhaitable de multiplier le nombre actuel de communes au Cameroun par au moins 5 pour atteindre 1830 ou 2000 avant les élections municipales de 2025, et par 10 pour atteindre 3660 ou 4000 à l’horizon de la participation en 2035. peut être portée à 20 ”, souligne le PDG de Planoscam. D’où la nécessité de sortir du binôme un arrondissement-une commune et de créer plusieurs communes par arrondissement.

C’était dans le cadre du 2ème Dîner Citoyen sur le Rôle de la Société Civile dans la Gestion Budgétaire et le Développement Local, qui s’est tenu à Mbalmayo du 22 au 23 avril. Au cours de ces travaux, il s’agissait également de sensibiliser les organisations de la société civile afin qu’elles s’impliquent davantage dans le contrôle de l’action publique avec la participation active des citoyens. « Je tiens à vous assurer que les articles 381 et 386 de la loi sur la décentralisation sont en cours d’application dans la région du Nord-Ouest. Lors de notre session budgétaire de décembre 2021, le Président du Pouvoir exécutif de la Région a invité les membres de la société civile et d’autres groupes de population à contribuer à la préparation du budget. Sur ce point, nous respectons la contribution de la population au développement de la région »a rassuré Yerima Peter Giyoh, le secrétaire général de l’Assemblée du Nord-Ouest.

Solière Champlain Paka / 237online.com

Cet article a été écrit et publié en premier dans la rubrique Décentralisation de ce média camerounais de référence

To read…

0 Comments

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *